Je ne crois plus les philosophes, et vous?

Philosophes oui, mais quand même…

Tout petit déjà, il fallait toujours que je cherche à comprendre. Questions aux uns, aux autres, à la maîtresse, aux parents, aux amis ! Puis d’année en année, je me suis tourné vers les philosophes. J’étais vraiment content d’avoir enfin trouvé des gens qui réfléchissaient à tout et tout le temps. Ils auraient les réponses c’est sur !

J’ai donc commencé à chercher les réponses aux questions les plus importantes dans leurs œuvres. Comme par exemple – Qui suis-je ? D’où viens-je ? A quelle heure on mange ?

J’ai lu Épicure, Aristote, Platon, ou Machiavel et pas un seul d’entre eux ne parle de moi ! Ils n’évoquaient que des gens vivant dans des grottes, se posant des questions sur la fiabilité des sensations, se demandant si connaître, c’est connaître quelque chose qui est, car seul ce qui est absolument peut être véritablement connaissable…ils avaient du chemin à faire !

Mais que je suis bête, me suis-je dit, qu’ils n’écrivent rien sur moi, c’est évident puisque ils sont morts avant que je sois né !

 

Philosophes contemporains

J’ai donc consulté des philosophes beaucoup plus récents, contemporain quoi.

N’en connaissant aucun personnellement, je me suis renseigné chez mon coiffeur.  Il m’a conseillé de chercher chez Michel Onfray, Pascal Engel, Peter Singer ou Pierre Bourdieu… Et bien vous y croyez ? Rien…
Ah ça, pour débattre de « l’arbitraire des productions symboliques, pour les faire admettre comme légitimes dans la reproduction des rapports sociaux de domination », y a du monde. Pour réfléchir sur « la discrimination arbitraire entre les espèces animales sur la seule base de leur appartenance d’espèce », aussi, mais pour le reste…

J’essayai de partager (sans grand succès) avec mes coéquipiers, ce manque de tact des philosophes à mon endroit, dans le vestiaire de foot de mon équipe de vétérans, quand l’un deux me rétorqua : Plus tu étudies, plus tu apprends, plus tu apprends, plus tu oublies et plus tu oublies, moins t’en sais. Alors à quoi ça sert d’étudier?

Cette si longue remarque sophiste me laissa pantois, Fred mon pote arrière droit serait il un philosophe ?

Philosophie

J’ai finalement compris que le philosophe de s’intéressait pas à nous en tant qu’individu mais à l’humain, au monde, à la réalité, à la compréhension, à la recherche d’une vérité. Pour me connaître, mieux vaut aller voir un psy !

Mais après avoir lu les philosophes stoïciens qui prônent l’austérité, j’étais tout retourné, prèt à renoncer à tout plaisir… quand je suis tombé sur d’autres qui évoquent la jouissance (les hédonistes) et ça m’a paru pas mal. Qui croire les rationalistes qui prétendent que l’esprit humain possède des principes ou des connaissances a priori, indépendants de l’expérience ou les idéalistes ? Les communistes ou les libéralistes ? Les romantiques ou les matérialistes…au secours

Après avoir avalé quelques 70 ouvrages philosophiques, je n’en sais plus rien, je suis une sorte d’éponge, capable de trouver des arguments pour le contre et contre le pour, je n’ai plus d’opinion propre…comment le pourrais-je face à ces centaines de génies qui depuis l’antiquité ont disséqué les tenants et aboutissants de nos actes et idées en se contre disant les uns et les autres.

Alors vous savez quoi ? Et bien je ne fais plus confiance aux philosophes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *